Archives des catégories: Actualités

Par La rédaction de Allodocteurs.fr
rédigé le 22 janvier 2015, mis à jour le 22 janvier 2015

 L’exposition au bisphénol A aux niveaux actuels « ne présente pas de risque pour la santé des consommateurs de tous les groupes d’âge y compris les enfants à naître », c’est la conclusion d’un rapport rendu par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa). Un avis qui suscite la colère des chercheurs du Réseau Environnement Santé.

Interview d’André Cicolella, toxicologue et président du Réseau Environnement Santé.
  • Que  pensez-vous de l’avis de l’Autorité européenne de sécurité des aliments ?

 André Cicolella : « Nous avons un millier de publications scientifiques, dans les revues les plus sérieuses, qui disent que le bisphénol A entraîne des risques de cancer du sein, de cancer de la prostate, d’obésité, de diabète, de troubles du comportement, de troubles de la reproduction ou encore d’allergies alimentaires !

« L’enjeu est la protection de la santé de la population et des générations futures : l’exposition pendant la grossesse a des répercussions sur la santé de l’enfant à naître, du futur adulte mais aussi de ses descendants. Nous sommes donc face à un problème de santé gravissime et l’Agence européenne de sécurité des aliments s’appuie sur des études anciennes, à la méthodologie totalement obsolète, pour entretenir le doute sur ladangerosité du BPA. »

  • Est-ce qu’il faut voir dans cette décision le poids des lobbies ?

 André Cicolella : « C’est évident. Nous ne sommes plus dans un débat scientifique. Comment peut-on nier 1.000 études scientifiques ? La méthode de l’EFSA est très simple : ils ont éliminé la plupart des 1.000 études qui disent que le bisphénol A est dangereux et s’appuient toujours sur une vieille étude, publiée il y a une dizaine d’années et financée par l’industrie chimique… qui n’a pas étudié l’effet des faibles doses. Or c’est justement cela qui pose problème. »

  • Est-ce que la France est obligée de suivre l’avis de l’EFSA ?

André Cicolella : « Si la commission européenne suit l’EFSA, elle peut très bien imposer à la France de faire marche arrière sur sa décision d’interdire le bisphénol A. C’est pour cela qu’il faut une action forte de la part des gouvernements. »

  • Posté le 27. janvier 2015
  • Ecrit par JOLY Christelle
  • Catégories : Actualités

téléchargement

Cherchez fromage analogue sur Google : Un faux fromage plus vrai que nature… le fromage analogue.

Ce n’est pas un nouveau fromage, non.
Ça ressemble au fromage, ça le goût du fromage et c’est un scandale alimentaire.
Et vous en consommez à l’insu de votre plein gré dans nombre de pizzas, lasagnes, cheeseburgers et autres plats industriels où il y a soi-disant du fromage genre gouda, mozzarella, emmental et autres fromages à pâte dure.

Il existe deux versions de fromage analogue inventées par Cargill, un fabricant américain de produits pour l’industrie agro-alimentaire implanté dans 63 pays.

L’un est une pâte composée de 15 % de protéines laitières, d’huile de palme et d’exhausteurs de goût qui existe depuis 2007.
L’autre appelé « Lygomme TACH Optimum, » destiné au marché européen et datant de 2009, est composé de trois amidons,d’un galactomannane (E 410,412, 417), d’un carraghénane (E 407), tous deux gélifiants, et d’arômes. Quoi de plus appétissant? Et, tenez-vous bien, il a fait partie des trois nominés aux Food Ingredients Excellence Awards 2009, catégorie « Innovation de l’année pour la Laiterie ». S’il ne l’est pas pour les consommateurs qui sont bernés, ce Lygomme est optimum pour les industriels car il coûte 60 % de moins que l’autre fromage analogue (et 200 % de moins qu’un vrai fromage) : ils se sont rués dessus depuis la flambée du prix du lait.

En plus, Cargill se glorifie cyniquement d’avoir inventé un truc bon pour la santé car son Lygomme ne contient pas de graisses saturées, ni de lactose et convient aussi bien à l’alimentation halal que kasher. C’est vraiment pousser le bouchon de la morgue financière très loin.

Vous croyez manger du fromage (donc des protéines et du calcium) avec votre pizza, vos lasagnes, votre cheeseburger et en fait vous absorbez une infâme pâte qui ne vous apporte rien de bon pour votre santé.

La Commission Européennea autorisé l’emploi de ce fromage analogue à condition que les ingrédients qui le composent soient indiqués sur l’étiquette. Mais qui va regarder ces minuscules caractères ? Qui va comprendre que le galactomannane et le carraghénane, c’est le fromage ?

Mieux vaut acheter un morceau de comté ou de gruyère et le râper soi-même.

Achetez de l’emmenthal bas de gamme ou du comté 3eme choix , râpez-le vous même, vous serez surpris de la différence de parfum .

Ce billet fait partie du blog de Paule Neyrat, Le blog de Paule

  • Posté le 2. mai 2013
  • Ecrit par JOLY Christelle
  • Catégories : Actualités

INVITATION SOIREE/DEBAT

‘Des pouvoirs publics aux consommateurs : comment l’industrie agro-alimentaire  nous instrumentalise ?’

Vendredi 12 avril 2013De 19H à 21h
4 rue Rockefeller
51100 Reims

10 euros/pers
GRATUIT pour les membres de Clipsya
Inscription
au 03 26 35 16 27 ou clipsya@gmail.com

Visionnage d’un documentaire, analyse et discussion/échanges avec la salle.

Toutes les personnes participant à des groupes au sein de Clipsya sont automatiquement membres.
  • Posté le 25. mars 2013
  • Ecrit par JOLY Christelle
  • Catégories : Actualités

Revue Santé Mentale : « UN AUTRE REGARD SUR L’OBESITE »

Les professionnels ayant participé à la première journée scientifique Clipsya (mars 2012), ont été sollicité par la revue ‘Santé Mentale’ pour rédiger des articles reprenant leurs interventions respectives. La revue a ainsi consacré un dossier complet sur la thématique : « Un autre regard sur l’obésité » reprenant en partie le fonctionnement du Centre Psycho Alimentaire Clipsya de Reims.

Vous pouvez le commander via le lien : http://www.santementale.fr/boutique/acheter-numero/numero-174-janvier-2013.html

 

 

  • Posté le
  • Ecrit par JOLY Christelle
  • Catégories : Actualités

«  Je ne me fais plus violence avec leurs régimes de tous acabits. Je cède la place à la douceur dans ma vie. Je le mérite tant ! J’ose affirmer que malgré les canons de beauté, je suis belle réellement.

Je ne me laisse plus dicter les quantités de nourriture à manger pour répondre aux normes sociales, ou les moments où j’ai faim. J’écoute plutôt mon corps, qui lui, sait mieux que quiconque ce dont il a besoin et ce qui lui convient. Dorénavant, je me fie à mes sens. Ils sont mes compagnons depuis ma naissance.

J’ai faim, donc je mange. Je prends tout le temps qui m’est nécessaire pour le faire. Je choisis ce dont j’ai envie, et je le déguste pleinement. Quand je suis satisfaite je m’arrête, heureuse de m’être fait plaisir. Et surtout, je ne me sens plus coupable.

Je fais du sport pour le plaisir que cela me procure, pour me sentir bien dans mon corps. Plus jamais je ne le fais dans le but de maigrir. Je ne mange plus non plus d’aliments pour maigrir. La joyeuse salade verte qui éclate de fraîcheur dans ma bouche à chaque coup de dents devient si triste lorsqu’elle a un goût de régime !

Je ne vis plus avec angoisse les transformations de mon corps. Elles font partie de mon histoire, des choses qui m’ont sculptée, qui m’ont modelée.

J’apprends à les aimer. Je n’attends plus d’être mince pour réaliser mes rêves cachés.

J’ai aussi le droit de dire non, de cesser de nourrir les autres en m’oubliant constamment. Moi aussi, j’ai besoin de cette nourriture affective si précieuse, que j’offre si généreusement à tous vents.

Et surtout, j’ai le droit de dire « Je m’aime ». »

Témoignage tiré du livre de Marie-France Lalancette, nutritionniste.

« Adieu régime, bonjour la vie ! »

  • Posté le
  • Ecrit par JOLY Christelle
  • Catégories : Actualités